Les voyages de Jhen ; l'abbaye de Stavelot

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

Offrir cet ebook

[eBook]  Les voyages de Jhen ; l'abbaye de Stavelot

, ,

Liste

NOTE : cette édition numérique conserve la mise en page particulière de l'édition imprimée et est optimisée pour la lecture sur tablette multimédia. Les lecteurs sont invités à vérifier la compatibilité du format EPUB 3 fixed layout avec leur terminal de lecture. En savoir plus

Ce nouvel épisode des Voyages de Jhen convie les fidèles de la série comme les amateurs du Moyen Âge à découvrir ou redécouvrir un important foyer historique de la foi chrétienne en Europe : l'Abbaye de Stavelot, très ancien monastère bénédictin implanté

  • EAN 9782203094697
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 48 Pages
  • Action copier/coller Dans le cadre de la copie privée
  • Action imprimer Dans le cadre de la copie privée
  • Poids 41 103 Ko
  • Distributeur Flammarion

Jacques Martin

Né à Strasbourg en 1921, Jacques Martin se découvre très tôt une passion pour le dessin et pour l'histoire. Il entre aux Arts et Métiers où il reçoit une formation purement technique. Il en reconnaîtra plus tard les vertus, dont une certaine rigueur, qui contribuera à faire de lui -avec Hergé et Jacobs- l'un des trois représentants majeurs de l'école dite "de Bruxelles". En 1946, il part en Belgique et fait le tour des éditeurs avec son carton à dessin. Alternant illustration et bande dessinée, il s'associe avec un graphiste nommé Leblicq - d'où le pseudonyme Marleb, qu'il continuera d'utiliser quelques temps. Il crée Monsieur Barbichou, Oeil de perdrix et Le hibou gris, dont la suite, Le sept de trèfle, peut être considérée comme un brouillon de La grande menace. Il conçoit un projet de journal pour les jeunes baptisé Jacky, qui ne verra jamais le jour (le premier numéro de Tintin est en train de sortir). C'est dans Tintin qu'il crée Alix en 1948, et Lefranc en 1952. Il entre aux studios Hergé en 1953, où il restera dix-neuf ans pendant lesquels il travaillera sur diverses aventures de Tintin, et publiera sept Alix et trois Lefranc. Dans la décennie suivant sa séparation d'avec les studios, il accélère le rythme avec neuf Alix et quatre Lefranc. En 1984, il concrétise deux rêves anciens - Jhen, l'histoire d'un compagnon d'armes de Gilles de Rais, avec Pleyers, et Arno avec Juillard. En 1991, il crée Orion et scénarise Kéos. Cultivant une sorte de compagnonnage, il s'entoure de nouveaux collaborateurs pour créer Les Voyages d'Orion, série consacrée à la reconstitution des grands sites antiques. En 1996, il publie le 20ème Alix, intitulé Ô Alexandrie, avec Rafaël Morales. Jehanne de France et L'or de la mort, deux aventures initialement parues sous le label Xan aux éditions du Lombard, paraissent en 1998 et rejoignent leur place dans la collection Jhen chez Casterman. En 1999, Kéos intègre le catalogue Casterman. A cette occasion les deux premiers albums sont réédités et Le veau d'or, dessiné en 1994, publié pour la première fois.

Marco Venanzi

Marco Venanzi, dessinateur belge, débute en 1990 avec la publication de « L'Abbé Froidure », sur un scénario de Michel Dussard. Deux ans plus tard, il succède à André Juillard sur le personnage de « Masquerouge », créé par Patrick Cothias, dont il assure le dessin depuis le tome 4. On lui doit aussi des récits dans « Je Bouquine ». En 2003 il signe Hidalgos en collaboration avec Michel Pierret.

ebook (ePub)
9.99 €
Marquage Sans drm
: ePagine

empty